Lubango-Ondjiva-Namibie

Après avoir quitté Lubango et Muhammed qui nous a offert un copieux petit déjeuner à 6 heures du mat afin de nous préparer à une longue journée de route, nous avons parcouru 400 km sur les 450 km qui nous séparaient de la frontière namibienne. Nous nous sommes arrêtés à Ondjiva car si la route fut bonne sur 300 km, nous avons parcouru le reste sur une piste innommable et plus particulièrement les 10 derniers km en plus d'une heure càd presqu'au pas.

Après avoir dormi, nous sommes repartis ce matin pour les 50 derniers km qui nous séparaient de la frontière et qui s'avérèrent également assez mauvais. Heureusement et contrairement à ce qui nous avait été annoncé, les formalités douanières se passèrent très facilement aussi bien du côté angolais que namibien.

Nous sommes donc entrés en Namibie en roulant à gauche bien entendu. Après une heure de route, nous nous sommes arrêtés dans un garage pour camion car Léa avait décelé un bruit (comme une fuite d'air) lorsqu'on avait arrêté le moteur. Nous avons été accueillis par Etienne, un namibien qui nous a demandé de lever la cabine. Après 10 minutes, la panne était réparée, en réalité, 2 écrous de serrage du système de différentiel étaient desserrés. Rien de grave.

Nous avons longuement discuté avec Etienne et son épouse qui étaient vraiment sympas. Etienne a refusé qu'on paie quoi que ce soit. Thank you Etienne.

Nous nous sommes ensuite arrêtés à Ondangwa pour y acheter une clé de connexion Internet, une puce pour le téléphone et quelques réserves d'eau et de nourriture puisque nous prévoyons de passer plusieurs jours dans le parc d'Etosha qui n'est plus distant que de 50 km d'ici. Nous espérions l'atteindre aujourd'hui, mais il était fort tard et nous avons donc décidé de passer la nuit dans un village au Nord du parc. Nous devrions entrer dans le parc demain en fin de matinée. Tout le monde se réjouit et surtout les enfants.

En conclusion, tout roule et nous sommes étonnés par le contraste entre la Namibie et l'Angola. L'Angola est un pays très riche en ressources naturelles mais on constate qu'il n'existe que 2 classes sociales: les très riches et les très pauvres. Par contre, alors que la Namibie dispose de beaucoup moins de richesses, le pays parait beaucoup plus développé (routes, infrastructures, écoles, ...), on n'y voit pas beaucoup de "grosses bagnoles" comme en Angola mais le partage des richesse parait, à première vue, beaucoup plus équilibré. Chez Etienne, le garagiste (blanc), les rapports nous paraissaient déjà beaucoup plus respectueux entre Blancs et Noirs, contrairement en Angola où l'on a constaté très souvent des rapports de force (d'argent).

Après le parc Etosha, nous prévoyons de rejoindre la Skeleton Coast pour la longer vers le Sud jusqu'à Walvis Bay pour ensuite nous rendre à Sossusvlei pour y voir les dunes les plus hautes au monde. Et remonter vers Windhoek, la capitale et le delta de l'Okavango au Botswana et les Vistoria falls en Zambie. Mais ce programme peut, bien entendu, être modifié par les circonstances et nos rencontres.

Bonne nuit et à la prochaine.

Guy et Zaza

 
Publicité
Publicité